Lors de notre première journée, la visite d'une pinacothèque, qui porte le nom de son fondateur Pavel Tretiakov, mècène russe du 19ème.

Son rêve était de créer un musée accessible à tout visiteur sans distinction de classe ou de fortune.

Il fit don de plus de 2000 oeuvres de sa collection privée à la ville de Moscou. La galerie abrite plus de 130 000 oeuvres (donc inutile de vous dire que l'on ne verra pas tout !!!)

DSC01599

Voici une série de photos des toiles qui m'ont le plus parlé.

IMG_20181005_154359_HDR

Dès l'entrée, un très beau lustre.

IMG_20181005_154807_HDR

La grande Catherine en habits simples pour promener son chien

IMG_20181005_160311_HDR

Le romancier Gogol qui sera encouragé par Pouchkine.

IMG_20181005_155002_HDR

Le célèbre Pouchkine qui a inspiré la chanson de Gilbert Bécaud et son café Pouchkine. Ce café n'existe que depuis la chanson.

C'est un écrivain dramaturge très lu en Russie. Pour l'anecdote, il souffrait de sa différence car sa mère était africaine. Après une vie un peu dissolue il décide de se marier à une très belle femme. On dira de lui : c'est le diable qui épouse un ange. L'ange lui fera 4 enfants mais est très dépensière et sera séduite par un autre. Pouchkine le provoquera en duel à l'issu duquel il mourra.

IMG_20181005_154905_HDR

Madame de Staël

IMG_20181005_162318_HDR

Une femme légère qui se distingue car elle porte une plume au chapeau. Il parait qu'elle apparait sur beaucoup de boites de chocolat. Il faut dire qu'elle est belle.

IMG_20181005_162140_HDR

On pouvait pas manquer Tolstoï quand même. Ici presque tout le monde connait Guerre et Paix

IMG_20181005_160334_HDR

 

IMG_20181005_163801_HDR

IMG_20181005_165531_HDR

 

IMG_20181005_161522_HDR

Ce tableau s'appelle la troïka. Ce sont les enfants qui remplacent les chevaux. On voit bien dans ce tableau la misère qui s'abat l'hiver, ils ramènent de l'eau qui a gelé dans le tonneau.

IMG_20181005_160734_HDR

J'ai bien aimé celui-là aussi qui montre les mariages arrangés. On voit le bonheur de la mariée !!! qui se voit unie à un vieux. Le peintre n'est autre que celui qui apparait derrière elle les bras croisés et qui l'aimait.

IMG_20181005_165327_HDR

IMG_20181005_165555_HDR

IMG_20181005_163203_HDR

Vassili Sourikov. La Boyarine Morozova. La Boyarine Morozova (1884-1887) est l’une des peintures les plus impressionnantes et les plus chargées d’émotions de l’art russe. Pour son affiliation religieuse aux Vieux Croyants, cette noble du Moyen-Âge a été forcée à l’exil dans un monastère, ce qui revenait à l’époque à de l’emprisonnement.

IMG_20181005_161814_HDR

Ivan Aïvazovski. Arc-en-ciel.À l’étranger, toute vente aux enchères d’œuvres russes comprend au moins un tableau de ce peintre mariniste.

IMG_20181005_163106_HDR

Derrière on voit l'église de St Basile qui se trouve sur la place rouge. Ce peuple russe a souvent été opprimé.

IMG_20181005_165313_HDR

changement de décor, plutôt moderne

IMG_20181005_165054_HDR

En-dessous c'est la salle des icônes anciennes du 12ème.

IMG_20181005_164803_HDR

La vierge du don du 14ème qui ressemble énormément à la vierge de Vladimir attribuée à St Luc.

IMG_20181005_164323_HDR

Dans la religion chrétienne orthodoxe, les icônes sont saintes et il est courant de voir des fidèles effectuer des gestes de dévotion en l'honneur des icônes. Dans la confession orthodoxe, il est aussi important de vénérer l'icône que d'écouter la parole ou de lire les écrits.

C'est en Russie, convertie au christianisme depuis le Xe siècle, que l'art de l'icône trouve une terre d'accueil particulièrement fertile.

La galerie Tretiakov conserve un grand nombre de ces icônes dont Notre-Dame de Vladimir du XIIe siècle.

 

Le temps de faire la galerie et le temps s'est dégagé.

DSC01593

Je ferme volontairement les commentaires,