Je vais vous faire voyager en Russie avec plusieurs billets, car beaucoup vraiment beaucoup de photos entre Moscou et Saint Pétersbourg. Du beau, de l'insolite et du moins beau.

 

Commençons par Moscou, c'est dans cette ville que j'ai ressenti le plus le dépaysement.
Pour ne pas me mélanger les pinceaux comme on dit, on le fera dans l'ordre du programme établi.

 

C'est dans Moscou qu'il y a la plus grande concentration de la population, les grandes entreprises y ont quasi toutes leur siège social et le salaire moyen y est plus élevé que dans le reste du pays.

DSC01510

Après un petit tour de ville, on nous emmène sur le mont des Moineaux situé en hauteur pour apercevoir Moscou.

DSC01508

Le stade où nos footballeurs ont brillé pendant la coupe du monde

DSC01505

Quelques tours modernes qui rappellent de nombreuses capitales. Je ne m'attarde pas sur les clichés, car comme vous pouvez le constater, le temps est gris et le visuel n'est pas top.

DSC01521

De l'autre côté de la rue, l'université Lomonossov, l'un des 7 gratte-ciels de style stalinien. L'idée de leur construction en tant que grandiose ensemble urbain fut formulée par Staline dans les années 30, mais la réalisation ne commença qu'en 1947.

Plus de 40 000 étudiants et environ 7 000 doctorants y effectuent leurs études. Mais ces études sont payantes et  onéreuses pour le peuple moscovite.

33 km de couloirs et 5000 pièces. De quoi être en retard si on ne connait pas les lieux !!!

 

 

 

DSC01522

DSC01519

Nous ne sommes pas les seuls à prendre des photos. D'ailleurs nous avons rencontré dans notre voyage beaucoup de photographes professionnels qui photographiaient des mannequins (très belles )

DSC01529

Beaucoup de statues à Moscou, souvent un peu mastoc (ça n'engage que moi).

DSC01550

Autre statue près du parc de la Victoire.

DSC01548

Je vous l'ai dit, le temps est gris et nous étions en plus à contrejour. Cette colonne de la victoire mesure 141,8 mètres, qui correspond au nombre de jours que dura la guerre  de 1945 contre les Allemands (1418 jours). Devant St Georges terrassant le dragon.

DSC01547

DSC01532

Les combattants russes à des époques différentes.

DSC01535

Sur les 4 côtés d'un autre monument commémoratif

2018-10-05

toujours la gloire militaire à différentes époques

DSC01558

Nous verrons ensuite dans un contexte beaucoup plus buccolique, un très joli parc devant le monastère Novodievitchi que nous n'avons pas visité.

DSC01557

Ce monastère est classé au patrimoine de l'Humanité par l'UNESCO, c'est l'un des plus beaux de toute la Russie. Pendant les 16 et 17ème siècles, les grandes familles  ainsi que la famille impériale avaient pour habitude d'y envoyer leurs filles.

Son lac aurait inspiré à Tchaïkovski le lac des Cygnes

DSC01560

Dans ce parc ce ne sont pas des cygnes, mais une famille canard offert en cadeau par la famille Bush (ils se sont pas foulés !!!)

 

DSC01555

La Moscova avec en arrière fond l'université

DSC01619

En arrière plan le palais du Kremlin avec son enceinte rouge.

DSC01616

Au bout de ce pont la cathédrale du Christ Sauveur. son édification dura plus de 40 ans pour être entièrement détruite en 1931 (c'était bien la peine !!!).

Elle fut reconstituée à l'identique en 1996. Impossible à visiter à moins de patienter tout l'après-midi car elle contient des reliques chers aux Moscovites.

En général pratiquement toutes les cathédrales comme ils disent ont été détruites par Hitler. Et reconstruites à l'identique, ce qui fait que les églises sont bien décorées car récentes.

 

DSC01571

On peut voir la file d'attente sur le pont !!!et ça rigole pas, les militaires sont là pour assurer l'ordre.

DSC01611

A la tombée du jour

DSC01601

A l'entrée de ce pont des amoureux (pas le pont des arts) un beau coeur où les fiancés se font tirer le portrait

DSC01603

et les incontournables cadenas, mais là il sont posés dans des arbres, c'est élégant.

DSC01503

Mais Moscou c'est aussi ça : des immeubles démesurés et froids

DSC01502

Au autre plus attrayant en demi-lune. Seuls habitent ici des gens aisés

DSC01572

 

DSC01497

Oui je sais c'est pas beau !!! mais il faut tout voir

DSC01565

Sur la Moscova une impressionnante sculpture dédiée à Pierre Ier.

Je vous laisse pour ce premier jour. Des merveilles encore à admirer dans les prochains jours.

DSC01552

Ces matriochkas, nom venant de matriona, associé à la femme russe de la campagne. On parle aussi de poupées gigognes en référence à la mère entourée de ses enfants.

Si vous avez le temps, lisez le texte ci-après très intéressant sur ces poupées exposées pour la première fois à l'exposition universelle de Paris en 1900.

Le « père » des matriochkas est Sergueï Malioutine, artisan populaire œuvrant sur le domaine d'Abramtsevo appartenant à l'industriel et mécène russe Savva Mamontov. Malioutine s'est inspiré d'une série de poupées de bois japonaises représentant les Shichi-fuku-jin : « Sept Divinités du Bonheur ». La plus grande poupée représentait Fukurokuju, un dieu chauve à l'air heureux et au front particulièrement haut, et à l'intérieur étaient emboîtées les six autres divinités. Malioutine dessina le croquis d'une version russe de ces poupées-gigognes, qui fut sculptée par Vassili Zvezdotchkine dans une boutique de jouets de Serguiev Possad et peinte par Serguei Malioutine. Cette première série comptait huit poupées : la plus grande était une fille portant un tablier, et les autres alternaient ensuite un garçon et une fille, pour finir avec un bébé. En 1900, M.A. Mamontova, épouse de Savva Mamontov, présenta ces poupées à l'Exposition universelle de Paris et elles remportèrent une médaille de bronze1. Peu de temps après, de nombreuses autres régions de la Russie se mirent à élaborer divers styles de matriochkas. On distingue aujourd'hui plusieurs régions possédant un style notable : Serguiev Possad, Semionovo, Polkholvsky Maidan et Kirov2.