.defilencadre

25 février 2017

24 h photos 2017

Rien que de très ordinaire à vous montrer cette semaine.

Une semaine chargée mais qui ne nécessitait pas de photos pour la blogo, car trop personnelles.

 

Je vous montre donc Thalie en plein effort, un peu comme sa maitresse aujourd'hui je pense.

 

DSC03816

DSC03817

 

Chez PATRICIA d'autres participants.

 

Logo pat

Posté par defilencadre à 07:58 - Commentaires [10] - Permalien [#]


24 février 2017

Musée de l'Orangerie

Une balade qui date déjà du mois dernier.

 

Partie pour découvrir l'exposition sur la peinture américaine (désolée pas de photos car interdites), je suis restée admirative devant les expositions permanentes.

 

Christiane (CRISITANE) a fait un billet sur la peinture américaine  des années 1930 (photos scannées du livre acheté). c'est ICI

 

L'Orangerie possède cet extraordinaire espace consacré aux nymphéas de Monet.

Selon la conception proposée par Claude Monet lui-même, les huit compositions sont réparties en deux salles ovales qui se suivent. Ces salles bénéficient d’une lumière naturelle depuis le toit vitré et sont disposées d’ouest en est, selon la course du soleil et un des axes de circulation de Paris, le long de la Seine. Les deux ovales évoquent le signe de l’infini tandis que les peintures déroulent le cycle de la lumière d’une journée.

2017-01-184

Le matin aux saules

La première salle rassemble quatre compositions montrant les reflets du ciel et de la végétation dans l’eau, du matin au soir, tandis que la seconde salle regroupe des peintures à l’effet contrasté par les branches des saules bordant l’eau.

2017-01-185

Matin

2017-01-186

Reflets verts

 

DSC03698

Les nuages

DSC03697

Reflets verts

 

J'ai pu découvrir également au début du musée les collections de Jean Walter (architecte et industriel) et Paul Guillaume (marchand et collectionneur).

Plusieurs magnifiques vitrines miniatures de leurs appartements.

2017-01-187

En bas le bureau. En haut à droite la salle à manger. Ces maquettes ont été réalisées par Rémi Munier.

Rémi MUNIER est né en 1942 à Lyon. Diplômé de l’École Nationale des Beaux Arts de Nancy.
En 2000, il est Lauréat du concours du Meilleur Ouvrier de France section maquette d'architecture et entre-temps, travaille pour différents cabinets d'architectes et bureaux d'études.

Puis en sortant accompagnée de Christiane et de mon fidèle époux qui nous a permis de nous orienter dans Paris, nous sommes allées voir les photos de Nikos Aliagas au Palais de la Bourse.

2017-01-18

 

Ces photos exposées sur le thème "l'Epreuve du temps", sont surtout des visages et des mains. Elles évoquent souvent la vieillesse car c'est souvent avec le visage et les mains qu'on ne peut tricher sur son âge.

En haut à droite : le rêve d'Ulysse

En bas à gauche : le souffle d'une vie. Pendant 70 ans l'homme a soufflé dans sa gaïda, étrange cornemuse des balkans dont le son vous prend aux tripes

 

 

 

2017-01-182

En haut à gauche : le regard de serpent

en bas à gauche : le conducteur à la Havane

DSC03717

Les yeux  du palefrenier. Un visage sans artifices, un regard sans mensonge.

2017-01-181

Vous reconnaitrez les mains de la tisserande et celles de la marchande de marrons. Ces mains qui ont travaillé toute leur vie.

DSC03706

La main du poète, qui ne sait rien faire d'autre que d'écrire

DSC03708

la main du berger qui a travaillé la terre

DSC03720

DSC03727

 

DSC03728

 

DSC03732

Cette photo presque insolite au milieu de toutes les autres

DSC03733

Et celle-ci aussi.

DSC03713

 

Chez CRISITANE toujours retrouvez d'autres photos . c'est ICI

Posté par defilencadre à 14:59 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

18 février 2017

Derrière chez moi

devinez quoi qui n'y a ????

 

DSC03813

 

Il y a une biche qui venait brouter l'herbe tendre. Prise lundi

 

Dans le cadre des 24 heures photos chez Patricia.

 

Logo pat

Posté par defilencadre à 14:45 - Commentaires [21] - Permalien [#]

14 février 2017

quoi de neuf 2017

QUOI DE NEUF ?

 

QUOI DE NEUF ?

 

Mais c'est la Saint Valentin, toute la blogo en parle !!!

17-DSC09531

Et que je te mets des coeurs par ci

 

DSC03816

et des coeurs par là

 

DSC03815

Les vieux sont pas neufs, mais le bouquet si (ah mais !!!)

 

DSC03812

Côté créatif, un petit carnet pique épingles ou spécial brodeuse

DSC03811

 

DSC03810

Pour emmener le petit nécessaire, ciseaux, aiguilles, fil et dé

 

DSC03814

Et voilà j'ai mis les doigts dans les hexagones, et bientôt sans doute le bras. J'ai en mémoire la jolie trousse de Viviane que je ferai avec des hexas plus gros.

Je ne sais même pas encore ce que je vais en faire après mais je vais trouver faites moi confiance.

 

Je vous souhaite une très bonne Saint Valentin, pour ma part je vais marcher avec mon Valentin car nous avons un beau soleil.

Posté par defilencadre à 12:01 - - Commentaires [17] - Permalien [#]

12 février 2017

suite et fin de Lyon

Je terminerai cette série de visites par le vieux Lyon.

 

Le vieux Lyon c'est le quartier à la fois médiéval et renaissance. Il est situé  en bord de Saône et au pied de la colline de Fourvière.

C'est l'un des quartiers les plus vastes concernant cette période médiévale et Renaissance (avec Venise), qui est encore resté intact jusqu'à nos jours.

 

Nous visitons plusieurs quartiers. Le plus connu le quartier St Jean avec sa cathédrale et ses traboules. Pour celles qui ne connaissent pas, les traboules sont des passages piétons qui traversent des cours d'immeubles pour accéder d'une rue à l'autre.

 

2016-12-08 fête Lumières Lyon3

Intérieur de la primatiale. Vue générale de la nef et des bas-côtés, vers le chœur et l'abside, en arrière-plan. La différence de niveau entre les voûtes plus basses du sanctuaire et celles du transept est bien visible, ainsi que la rosace ornant le rattrapage entre les deux.

Une très belle horloge astrologique siége sur la droite.

DSC03135

La voûte à travées sexpartites de la nef. À droite, le raccord avec la voûte plus basse du chœur, orné de sa rosace.

DSC03142

Je vous invite à lire le très complet billet de PATRICIA sur cette primatiale et beaucoup de belles photos sur les traboules. C'est  ICI

2016-12-08 fête Lumières Lyon4

Pour traverser ces cours il est conseillé de le faire en silence pour ne pas déranger les habitants. Vous imaginez tous ces touristes bruyants déambulant à longueur de journée !!!

2016-12-08 fête Lumières Lyon5

A droite la tour rose.

2016-12-08 fête Lumières Lyon6

Parfois on retrouve un petit air de toscane, normal c'est le style renaissance. J'ai adoré déambulé dans ces traboules. J'ai pu admiré ce même genre d'architecture à Chambéry.

Les appartements étaient sur un seul étage et sur 4 côtés. Un escalier mène à l'habitation dans un angle, des loggias relient les différentes pièces.

 

DSC03156

DSC03168

De nos jours, les traboules se visitent, une quarantaine étant gratuitement ouvertes au public dans le cadre d'accords passés entre la commune et les particuliers. La ville de Lyon participe aux charges d'entretien, de nettoyage d'éclairage et à hauteur de 70 % aux travaux de restauration soumis par les propriétaires en échange d'une servitude de passage car ces lieux, la plupart du temps, demeurent privés.

IMG_0087

IMG_0053

DSC03165

DSC03159

Des portes ferment ces traboules et bien souvent on peut apercevoir des lettres entrelacées, celles des propriétaires.

DSC03160

 

DSC03161

 

DSC03150

IMG_0066

DSC03169

Dans un des couloirs, l'arrière d'une boutique avec un métier à tisser.

2016-12-08 fête Lumières Lyon

Vu au-dessus de certaines maisons, des bas reliefs représentant sans doute l'artisan qui vivait là.

DSC03167

DSC03129

La fontaine des Augustins de jour

 

DSC03145

 

DSC03146

Dans ces rues de nombreux bouchons, noms donnés à ces restaurants où le mot d'ordre est bonne chère, convivialité.

DSC03149

DSC03115

DSC03154

Nous avons déjeuner dans celui-ci. Nous avions peine à ressortir tellement nous avons mangé. Des entrées à profusion, avec bien évidemment les charcuteries lyonnaises, et ensuite de délicieuses quenelles. Et ne parlons pas des desserts, des crèmes, gâteaux, salades de fruits etc.... On pouvait à peine rejoindre le car qui nous attendait !!!

 

DSC03163

Les commerces gardent l'architecture avec de très belles arcades.

DSC03170

Tout simplement la rue du boeuf à l'angle de la place neuve St Jean

DSC03114

et celle des poulets (lol)

IMG_0099

Guignol une figure emblématique de Lyon. Guignol est une marionnette à gaine française créée à Lyon vers 1808 par Laurent Mourguet.

2016-12-08 fête Lumières Lyon1

J'ai retrouvé à Lyon le très beau passage de l'Argue, il présente l'une des plus anciennes arcades de France en Province, construite sur le même modèle que ceux de Paris desquels il est contemporain. Il se situe pas loin de la belle place Bellecour

 

2016-12-08 fête Lumières Lyon2

Cinquième plus belle place de France. En son milieu la statue équestre de Louis XIV avec sur ses façades des allégories représentant le Rhône et la Saône.

IMG_0113

Musée des Beaux Arts en plein jour ,que je vous ai montré lors de la fête des lumières.

DSC03100

Déambulation dans les belles rues, par un beau soleil

DSC03101

Encore la fontaine des Augustins

DSC03102

DSC03103

DSC03112

 

IMG_0112

Les bords de Saône.

Voilà la fin de la série sur Lyon, allez chez Patricia pour avoir les détails.

Je vous souhaite une excellente semaine et bonnes vacances pour celles qui sont parties.

 

 

Posté par defilencadre à 15:09 - - Commentaires [9] - Permalien [#]


04 février 2017

24 h photos 2017

Ce week end se déroule le salon de l'Aiguille en Fête à Paris porte de Versailles.

 

Donc aujourd'hui ce sera loisirs créatifs. Je vous montre ma dernière création, un cache théière façon tutti fruti

 

2017-02-004

Une façon d'utiliser mes restes de laine. J'ai acheté il y a déjà quelque temps le livre chez Quiltmania intitulé des caches théières fous, fous, fous !

 

Et en effet ces caches théières sont toutes plus folles les unes que les autres.

 

Rendez-vous chez PATRICIA pour les autres participants

Logo pat

Posté par defilencadre à 08:02 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

03 février 2017

L'aiguille en fête

Pour celles qui n'auraient pas la chance de pouvoir se déplacer à Paris, je partage les photos prises dans l'exposition  esprit scandinave.

Chaque année un pays est mis à l'honneur, l'an passé, c'était les mayas.

Le tissu revient en force ainsi que le tricot. Plus beaucoup de stand avec les points comptés. Le patchwork occupe encore une place importante. La tendance je dirai c'est la toile enduite. De nombreux stands en proposaient.

 

Impossible de tout montrer, j'ai photographié les oeuvres qui me parlaient le plus.

 

2017-02-02

Martine Myrup présente Bloom at Night, une installation de fleurs abstraites à grande échelle.
Un univers tout en finesse et raffinement, qui se joue des références à la féminité que ce soit par le choix de ses textiles imprimés
ou des techniques traditionnelles de couture, de courtepointe et de perlage qu’elle utilise.

2017-02-021

Formée à la Design School Kolding, Marie Nørgaard Nielsen travaille les formes, le patronage et la structure du vêtement depuis de nombreuses années pour le designer danois « Henrik Vibskov », une des marques de mode les plus pointues du moment.

Elle transpose son savoir-faire technique dans une expression personnelle, elle pousse dans ses retranchements l’expérience de la forme pour des œuvres textiles figuratives étonnantes. De la surface plane de la toile, elle apporte la tridimensionnalité dans ses œuvres.

Ses pièces magnifient les parties du corps qui se rapportent au son et au silence : l’oreille, la bouche et le doigt qui fait chuuut ! Travaillées à très grande échelle, elles deviennent simultanément écrasantes et étrangement faciles à identifier. Le son versus le silence, un thème très actuel dans une société constamment en mouvement où beaucoup recherchent des espaces de silence.

2017-02-022

Gillian Travis travaille dans un petit village du nord de l’Angleterre. Elle aime enseigner et transmet avec enthousiasme son savoir-faire auprès d’étudiants de tous âges. Ses nombreux voyages sont sa principale source d’inspiration, ses reportages photographiques lui permettent de concevoir à son retour des patchworks contemporains. A Aiguille en Fête, elle présente un ensemble de pièces inspirées par les cultures traditionnelles des pays scandinaves.

 

J'ai particulièrement aimé ces petits pulls over façon jacquard. Tout est brodé. Une très bonne idée, ça fait partie de mes coups de coeur car peut être réalisables avec un peu d'expérience.

DSC03749

 

DSC03747

Geske Svensson a été formée à l’École de Design du Danemark à Copenhague dans les années 1970.
Après l’obtention de son diplôme, elle expérimente divers domaines textiles tels la tapisserie, la dentelle et la broderie machine.
En 1980, elle déménage à Bornholm, une île de la mer Baltique, et commence à fabriquer des vêtements tricotés.
Depuis, elle n’a de cesse de perfectionner la technique.

Dans les années 90, de retour à Copenhague, son travail prend un nouveau tournant avec l’acquisition d’une machine à tricoter Brother, devenue terrain de jeux de ses expérimentations avec le fil, les couleurs, et les motifs. Le sens du détail passionne cette créatrice qui pousse la pratique du tricot à la perfection.
  Elle trouve son inspiration dans les vêtements historiques, qu’elle réinterprète par le prisme de son savoir-faire, via l’utilisation d’un tricot double face qui apporte une finition particulièrement pointue à ses pièces, et des motifs tricotés dans la technique jacquard. Elle conçoit des pièces uniques incroyables, empreint d’un design contemporain intemporel.

 

DSC03760

Là aussi un gros coup de coeur pour ces vêtements uniquement en tricot.

2017-02-023

Sandrine BIHOREL est artiste feutrière. Elle présente des pièces unique de décoration murale réalisées entièrement à la main selon la technique du feutrage qu'elle rehausse d'un estampage or. Elle utilise uniquement des pures laines mérinos et Alpagas issus d'élevages locaux.

Je vous invite à aller voir sur le net les articles la concernant et surtout découvrir ses oeuvres qui sont de toute beauté. ICI

Inutile de dire que j'ai beaucoup aimé

DSC03763

DSC03764

Encore un coup de coeur Malin Lager.

L’œuvre de Malin Lager prend racine dans sa Suède natale et conjugue des métiers jumeaux : artiste et artisan. Son processus créatif est méticuleux et porte une attention toute particulière aux détails qui reflètent une approche méditative au temps qu’impose le travail à la main. Ses tableaux sont le résultat d’une superposition de points et de teintes sur un motif construit avec des morceaux de tissu. Quand on les regarde attentivement, on remarque que chaque image est le reflet de ce temps passé, point par point.
Le travail de Malin Lager est exposé dans des musées, dans la collection du roi de Suède et dans des édifices publics dans tout le pays. A Aiguille en Fête, elle montrera Lustrous Reflections of Venice, une œuvre composée d’un assemblage de vingt-huit détails des rues pavées de Venise et présentera également quelques-uns de ses portraits récents, un tout nouveau développement de son travail.

 

2017-02-024

De loin j'ai eu du mal à croire qu'il s'agisse de textile et non de photos. Je vous conseille d'aller voir son site lui aussi, car c'est époustouflant cette femme tellement réelle.

DSC03782

DSC03783

Après des études d’Arts Appliqués et de décoration d’intérieur, Sabine Hautefeuille travaille de nombreuses années dans le design graphique. Depuis 2010 elle crée en free lance pour assouvir son besoin de liberté et se consacre à l’Illustration et au Design textile. Passionnée par les voyages et les cultures, elle y puise son savoir faire , son imaginaire et sa créativité qu’elle met au service des professionnels ou particuliers.
Elle s’est spécialisée dans les techniques à la teinture végétale de feutrage et de Shibori (ancienne technique japonaise d’enroulage, de pliage, de couture et de torsion du tissu afin de créer des formes). Sabine Hautefeuille présente donc aujourd’hui une recherche Shibori, avec sa dernière création  « Voile de Chine et Etoiles »

DSC03744

DSC03746

Yuriko Yokoyama est née à Hiroshima et a fait ses études à l'Université des Arts Musashino à Tokyo. La particularité de son travail est la teinture des fils à la main qui seront ensuite tissés. Avec ce procédé elle invente des armures différentes dont une très singulière , le Yorokeori. Pour ce tissage elle utilise un peigne spécial le Yoroke qui permet une ondulation des fils de chaîne, qui forme des rayures verticales dansantes.

 

DSC03756

DSC03757

Véronique Coiffard recherche inlassablement et avec passion les possibilités multiples offertes par le mariage des fils crochetés ou noués et des perles (rocailles, perles facettées, pierres semi-précieuses), paillettes cuvettes, petits strass…, en y associant parfois des pièces brodées texturées. Parmi ses fils de prédilection citons les fils de nylon qu’elle travaille en plusieurs épaisseurs, les fils de lin, les fils à armature métallique recouverts de soie ou de lin, les fils de cuivre ou encore les fils métallisés anciens. Sous ses doigts naissent des créations à la fois graphiques et légères dans lesquelles le fil construit et structure, tandis que les perles et les cuvettes apportent éclat et lumière. Son plaisir : associer plusieurs techniques, jouer la carte des superpositions et du contraste, juxtaposer différentes matières dans un libre dialogue.

DSC03766

DSC03768

La démarche artistique de Randi Samsonsen est absolue et axée sur la recherche permanente des différentes possibilités conceptuelles qu’offrent le fil, la forme et la couleur. A travers ces « objets », elle interroge le statut du textile. Au-delà notre seconde peau quotidienne, que ce soit dans notre habillement ou dans nos maisons, comment nous affecte-t-il ?
C’est pourquoi son parti-pris artistique se veut déconnecté des notions d’artisanat et de design. Elle cherche à éveiller la curiosité, provoquer une attention nouvelle envers le textile, partager de nouvelles possibilités et changer notre appréhension des techniques et de la matière. Son outil de prédilection est le crochet.

Un peu déroutant pour moi

DSC03771

Tine WESSEL se définit comme artisan-brodeuse et la simplicité est son maître mot. Elle travaille essentiellement la broderie à la main, la lenteur du processus lui donne le temps de réfléchir et de travailler sur ses ressentis. Broder l'inspire.

 

Elle ne s'exprimait qu'en Anglais, je lui ai demandé si elle utilisait des patrons. Pour certaines oeuvres oui, d'autres non juste l'inspiration.

DSC03769

Le concours d'ARTEXTURES 8ème édition manifeste encore une fois que l'art du fil est en pleine évolution. Pas de thème précis. 12 oeuvres sont présentées sur les 38 sélectionnées afin d'ouvrir un dialogue entre le public et les oeuvres textiles en phase avec la nature, l'environnement, la mémoire ou l'identité.

DSC03773

DSC03774

DSC03777

DSC03778

noter les petits chaussons sur la chaise.

DSC03775

Ci-dessus une oeuvre de Rebecca Campeau qu'on a eu le loisir de découvrir depuis plusieurs années ici. Elle a vraiment un style que l'on reconnait tout de suite avec ses têtes qui sortent du panneau. L'an dernier je vous en ai montrées.

DSC03776

Dans le salon nous avons rencontré Nadia gagnante de la saison 2 de Cousu Main, une émission de M6 que j'affectionne.  Elle était présente entre ses deux créations de costumes à gauche. A droite création de Adelino finaliste de la saison 1 qui crée des robes du soir et des robes de mariées qu'il enrichit de broderies à l'aiguille.

2017-02-025

La reproduction de la Femme à l'ombrelle de Claude Monet en petits carrés de 6 X 4 cm en tricot (100 000 carrés ont été reçus)

2017-02-026

Une autre exposition du Carrefour Européen du Patchwork (Ste Marie aux Mines en Alsace)

2017-02-027

2017-02-028

 

 

DSC03790

DSC03791

Vu dans un stand, une étoile entièrement réalisée en log cabin

DSC03789

Un long billet certes, mais comment vous en montrer que la moitié. Si vous pouvez vous y rendre, le salon se tient jusqu'au 5 février.

 

 

 

 

 

Posté par defilencadre à 18:49 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

01 février 2017

LYON : les canuts

Nous poursuivons notre visite dans cette belle ville de Lyon.

Nous nous rendons dans le quartier de la Croix Rousse, celui où les canuts résidaient principalement.

 

Les canuts sont des tisserands de la soie sur d'énormes métiers à tisser. Ils travaillaient à domicile pour une bouchée de pain cette soie qui est vendue si chère et qui ornait les riches demeures.

 

Dès le XVIII ème l'industrie de la soie fait de Lyon la première ville ouvrière de France.

DSC03303

Certains étaient propriétaires de leur métier. Toute la famille travaillait. Ils n'étaient que des exécutants. On leur amenait les dessins, les cartes perforées et la soie.

On pesait la soie à l'arrivée et une fois le travail fini. Pas de perte, en fin de journée il était ramassé les petits fils tombés pour qu'ils soient pesés.

 

Les canuts étaient soumis à de rudes conditions de vie.

DSC03306

 

DSC03296

Il faut entendre ce métier fonctionner pour se rendre compte du labeur de ces ouvriers lorsque les métiers ont été mécanisés.

IMG_0214

Cet atelier était voué à la démolition comme beaucoup d'autres, mais une association a tenu à le préserver. Aussi la mairie met à disposition le local, à charge pour l'association de régler les dépenses et les charges. Aussi maintenant ce sont des groupes comme les nôtres qui font en partie vivre ce patrimoine.

DSC03290

 

 

DSC03292

 

Au plafond, de larges poutres de chêne permettent de fixer solidement l'imposant métier. De hautes fenêtres laissent rentrer la lumière.

Les habitations étaient très hautes de plafond et comportait une mezzanine qui servait de chambre à coucher. Le ou les métiers (parfois deux) étaient du côté fenêtre pour la lumière.

 

DSC03300

DSC03302

Pas besoin d'explication, les photos parlent d'elles-mêmes

DSC03294

La cuisine se trouvait dans la partie basse.

DSC03288

DSC03293

Montages

Vous imaginez une famille de 4 ou  plus dans ces espaces aussi réduits.

Au premier étage la chambre à coucher.

DSC03298

Un tout petit lit pour le couple, les enfants dormaient par terre sur des paillasses. J'imagine que ça favorisait le rapprochement, pas des lits en 160 ni de télé !!!

DSC03299

DSC03310

Et le chauffage au bois.

DSC03304

Au mur des échantillons de galons

DSC03309

IMG_0169

IMG_0185

IMG_0179

IMG_0178

IMG_0200

DSC03307

Nous sommes dans l'atelier d'Henriette Létourneau, dernière passementière née en 1912 et décédée en 2005.

A 14 ans, elle travaille 11 heures par jour et va pratiquer ce métier pendant 54 ans. A la mort de son père en 1954, elle continue seule son activité, car, à l’égal des hommes, il lui a tout enseigné : l’art du tissage des galons et rubans faits de fils gainés d’or ou d’argent, mais aussi les aspects techniques de la mécanique. Seule pendant 20 ans, n’ayant pas trouvé d’apprenti, elle a utilisé deux métiers. Ceux-ci, déjà motorisés, lui ont permis de se concentrer sur la production

 

Henriette se marie en 1939 avec Pierre Létourneau, qui se contenta de l’assister. Douze heures par jour, sauf le dimanche, ses métiers ont fonctionné. Toujours passionnée par son travail, deux ans avant sa retraite, elle couronne sa carrière en devenant lauréate du concours d’un des Meilleurs Ouvriers de France.
En 1978, Henriette prend sa retraite. Il ne restait alors que 5 passementiers et tous ont disparu aujourd’hui.

IMG_0251-001

Je terminerai par ce mur des canuts, un trompe l'oeil d'une façade, photo prise à travers les vitres du car.

 

 

Posté par defilencadre à 18:44 - Commentaires [9] - Permalien [#]

28 janvier 2017

24 h photos 2017

L'hiver est bien installé un peu partout en France.

Et les oiseaux en souffrent. Pensez à mettre du gras et surtout de l'eau dans les jardins.

 

DSC03702

 

Chez PATRICIA retrouvez les autres participants.

Logo pat

Posté par defilencadre à 08:00 - Commentaires [15] - Permalien [#]

27 janvier 2017

quoi de neuf 2017

Cette semaine a été un peu mouvementée je dois dire.

Lundi j'ai terminé ma boîte à festons. Pas facile facile la fermeture.

 

DSC03737

Je continue à utiliser mes chutes de cartons et mes restants de papier. Je m'en servirai pour ranger mes dentelles au fuseaux petits modèles

DSC03738

 

Nos voitures font des caprices, et surtout lorsque c'est moi qui en ait besoin. Donc mardi RV chez l'ophtalmo, pas de voiture, heureusement que nos voisins sont là, c'est une véritable chance que j'ai.

Résultat : un début de cataracte, charmant !!!

Mercredi je devais faire la connaissance de mon petit neveu Raphaël pour qui j'ai tricoté

DSC03739

des petits botillons

DSC03740

un petit bonnet taille naissance

DSC03741

j'ai aussi ramé avec ce protège carnet de santé. Je voulais absolument le fermer avec une fermeture éclair. Mais quel boulot finalement

DSC03742

 

Des inscriptions anglaises car la grand mère est irlandaise.

Mais bon le sort en a voulu autrement, pas de visite pour voir Raphaël, un méchant bouton de fièvre m'en a empêchée.

Le mercredi soir concert prévu pour aller voir Michaël Grégorio. Et là catastrophe aux environs de midi, je cherche mes places : INTROUVABLES.

Le stress monte, nous retournons à deux la maison. Les bureaux, les sacs, l'atelier couture (pourquoi pas ?) l'atelier encadrement ?

RIEN de RIEN.

Nous joignons Cultura, on fait une copie de carte d'identité, une déclaration sur l'honneur et à 18 h 30 toujours rien, pas de duplicata de la part de ticket net. Nous décidons de demander à Cultura un papier indiquant notre commande et surtout nos placements.

Mais on nous répond que malgré cela, on ne rentrera jamais.

Et bien merci aux personnes du Tigre à Compiègne qui se sont montrés compréhensifs. Je devais avoir l'air tellement défaite, ils se sont dits : la pov' mémée, on va pas la laisser dehors tout de même par ce froid.

Donc pas d'appareil photo, juste mon portable, mais quel concert. Malgré mon stress j'ai adoré.

IMG_20170125_215202

Un spectacle bien ficelé et amusant. Il est époustouflant.

IMG_20170125_222319

C'est l'anniversaire des 10 ans de tournées.

Donc mercredi douce nuit et jeudi matin réveil : horreur, malheur, mes poules ont été bouffées par le renard. Il reste la carcasse de ma belle poule blanche et les deux noires ont disparues.

3-DSC09468

dsc00406

Je n'ai plus qu'à attendre le printemps pour en racheter d'autres.

Jeudi matin ensuite direction l'atelier d'informatique. J'ai fait la recette de Nicole, la galette originale à l'orange, un pur délice.

la recette c'est ICI chez Nicole

DSC03734

DSC03735

Les petites étoiles sont fourrées d'une crème aux pruneaux.

Entre temps j'ai fini ma grille proposée par CLAIRE

DSC03736

Il me faut maintenant l'intégrer à un projet.

Voilà la semaine d'une retraitée qui n'a le temps de rien !!!!

 

 

 

 

 

 

Posté par defilencadre à 15:29 - Commentaires [18] - Permalien [#]